Experiments

Etudes

Santé et productivité

A la conférence "Healthy buildings 2000 » (Bâtiments en bonne santé 2000", Espoo, Finlande, du 6 au 10 août 2000), le Dr David Wyon, a présenté un document intitulé «Les effets sur la santé et la productivité de deux expériences qui réduisaient les niveaux de poussières dans l'air de bureaux ». Les Co-auteurs étaient KW. Tham, B. Croxford, A. Young et T. Oreszczyn. Voici un bref résumé de leurs découvertes. Leur conclusion est qu'une meilleure filtration d'air soufflé et une plus grande fréquence de changements de filtres auraient un effet positif sur la santé et la productivité dans les bureaux.

Une étude antérieure sur le terrain démontrait que le nettoyage intensif des bureaux conduit à réduire l'exposition aux poussières dans l'air, mais elle n'analysait pas l'impact possible sur la santé, le confort ou la productivité. Une autre étude rapportait que les symptômes des muqueuses de l'œil, du nez et de la gorge étaient significativement réduits par un nettoyage en profondeur des bureaux, et que l'amélioration du nettoyage réduisait considérablement la congestion nasale.

Dans une étude américaine, le remplacement de filtres à air classiques de bureau par des filtres absolus HEPA (95% pour les particules de 0,3um) réduit les niveaux de poussières en suspension dans des gammes de taille au dessus de PM2 et a un effet positif sur trois symptômes connus des bâtiments malades (SBS, Sick Building Symptoms) : «trop bouché», trop humide »et« confusion mentale ».

Ces résultats justifient l'affirmation selon laquelle d'autres méthodes de réduction de l'exposition aux poussières, tels que le choix des matériaux ou une meilleure filtration d'air peuvent avoir un effet positif sur la santé.

Expérience dans des bureaux de Londres

L'expérience de Londres a été effectuée pour déterminer si le changement de préfiltres ou l’utilisation d’épurateurs d'air aurait une incidence sur la santé et la productivité.

Sur une période de 18 semaines, les niveaux de poussières en suspension dans un bureau du centre de Londres ont été modifiés en remplaçant des préfiltres usagés par des préfiltres neufs et en utilisant des systèmes autonomes de filtres électrostatiques. 

     
 

Conclusion

Le changement des préfiltres sur le réseau d’alimentation de l’air des bureaux réduit de façon significative l'intensité des symptômes de SBS et augmente la productivité auto-estimée de 5,7 %.

Par conséquent, il n’y pas pas de doute sur le fait que l'amélioration de la filtration d'air soufflé et des changements plus fréquents des filtres à air auraient une incidence positive tant sur la santé et que la productivité.

L’importance de ce dernier effet est suffisant pour justifier à de nombreuses reprises l'augmentation des coûts économiques associés à ces améliorations dans la Qualité d’Air Intérieur ( QAI ).

"Supply-air filtration improves IAQ without increasing the air change rate: energy costs increase only to the extent that increased fan power is required to overcome the pressure drop at the filter, and this is decreased by more frequent filter changes”, écrit Dr. Wyon.

 
     

 

Contact

Pour nous contacter facilement

DETAILS DES CONTACTS
KEEP UPDATED!

Inscription à la newsletter Camfil

Xpair